Soldes : un bilan en deux teintes

Alors que les soldes d’été viennent juste de se terminer en France, les professionnels commencent déjà à faire le bilan. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les résultats sont forts différents, que l’on est pignon sur rue ou que l’on vende à distance.

Les soldes en boutiques

Du côté du prêt à porter, les boutiques accuse le coup : la consommation d’habillement a subit une chute de 4% par rapport à l’année dernière. Parmi les raisons annoncées, un temps très aléatoire, qui aurait jouer non seulement sur l’envie de sortir faire du shopping, mais aussi sur le moral des français. Même constat pour les chaussures, avec une perte de 3% sur juin et juillet. Et les nombreuses démarques n’ont rien pu y changer, ni chez les messieurs, ni chez les dames.
Si les grands magasins (Les Galeries Lafayettes notamment) ont moins souffert, il n’y a pas non plus de quoi se réjouir, avec des hausses de 0,3% à peine.

Les soldes Internet

Alors que nos petites boutiques de rue tentent de relever la tête, leurs concurrentes sur Internet, elles, se frottent les mains. Les grands sites spécialisés du domaine des ventes privées et du discount toute l’année, Sarenza, Zalando, Brandalley et consorts, enregistrent des progressions hallucinantes, allant de +10% à +17% du chiffre d’affaires pendant les soldes d’été. Le baromètre de la Fevad (fédération e-commerce et vente à distance) calcule la moyenne à 11% de progression pendant les soldes, tous sites confondus.

Des chiffres qui font rêver les commerçants traditionnels, pour qui la disparition des soldes flottants toute l’année serait l’ultime chance de reprendre la main sur les ventes.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.