Coupe du monde au Brésil : les grands absents

Alors que le Brésil se prépare à recevoir les 32 équipes qualifiées pour la Coupe du monde de football ainsi que les stars du football mondial, de nombreux grands noms devront regarder les matchs devant leur télévision. Blessés, non-sélectionnés ou tout simplement représentant d’un pays trop faible, petit tour d’horizon des joueurs condamnés à jouer la Coupe du monde dur Playstation.

 

Les blessés : mauvais timing !

Pour un footballeur, la Coupe du monde est un événement sans pareil, le point culminant d’une carrière (et je ne parle même pas de la gagner !). Pourtant, chaque édition voit son lot de drames avec la blessure plus ou moins grave de joueurs de classe mondiale pendant la saison régulière, ou pire, pendant les matchs de préparation.

C’est d’ailleurs ce qui était arrivé à Djibril Cissé en 2006. Après avoir fini meilleur buteur français au cours des qualifications, il était quasiment assuré de jouer en Allemagne mais  une blessure impressionnante (la preuve) contre la Chine en amical le priva de Mondial.

Cette année, le gros nom de cette liste des blessés joue dans le championnat de France et est un héros national chez lui : Radamel Falcao. Blessé en coupe de France contre les amateurs de Chasselay, il manquera le retour de la Colombie en Coupe du monde et aura fort à faire pour calmer ses fans qui demandent la tête du joueur à l’origine de sa blessure.

On trouve aussi Steve Mandanda, blessé au cours de la dernière journée de L1, et Victor Valdès (Espagne) ainsi que Ricardo Montolivo (Italie) ou encore Theo Walcott (Angleterre).

 

Les recalés et les non-qualifiés

On retrouve ensuite les joueurs qui n’ont pas eu les grâces de leur sélectionneur pour des raisons sportives ou non. Samir Nasri paie cher son comportement dans le vestiaire malgré un niveau sur le terrain qui lui vaudrait largement une sélection pour le Mondial. On se souviendra malheureusement de la réaction enflammée de sa compagne sur Twitter. Carlos Tevez (Argentine), ne s’envolera pas non plus pour le Brésil tout comme John Terry (Ang), Carles Puyol (Esp), Landon Donovan (USA) ou encore Arshavin (Russie) et les Brésiliens Kaka, Ronaldinho et Robinho.

Enfin, dernière caste de joueurs qui profiteront de leur salon cet été, les gros poissons qui viennent d’une petit mare. Car si un joueur seul peut changer le cours d’un match, difficile pour un génie de tenir à lui seul son équipe à bout de bras quand ces derniers sont mauvais. Ce n’est pas Zlatan Ibrahimovic qui dira le contraire : le Suédois manquera le Mondial, la faute à une confrontation perdue contre le Portugal de Cristiano Ronaldo en barrages. Pire encore, Gareth Bale, récent vainqueur de la Ligue des Champions avec le Real de Madrid, qui doit faire avec la très faible sélection du pays de Galles dans les matchs internationaux.

Même punition pour Lewandowski (Pologne), Ivanovic (Serbie), Petr Cech (République Tchèque) ou encore Marek Hamsik (Slovaquie). Tous ces joueurs, considérés comme les meilleurs joueurs du monde, devront se contenter de regarder les matchs à la télévision alors que le Cameroun enverra deux joueurs amateurs (Loïc Fedjou et Cédric Djegoue) se frotter à Neymar, Hulk et Thiago Silva.

En tout cas, il y a largement de quoi faire une équipe mondiale qui donnerait bien des sueurs froides à la plupart des nations engagées dans cette Coupe du monde au Brésil.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.