La culture trottinette

Si pour vous la trottinette est un jouet pour les enfants ou juste un moyen pratique de se déplacer en ville, passez votre chemin. Par contre, si des termes comme freestyle, street, bar spin ou tailwhip vous sont familier, ce qui suit devrait vous intéresser. Suivez-moi pour un petit tour de style à la mode trotirider.

 

Une culture trottinette en cours d’éclosion ?

Comme je l’évoquais plus haut, la trottinette était à l’origine associée à l’image d’Epinal classique du jeune enfant trop jeune pour le vélo. Cette image a prospéré jusqu’aujourd’hui puisque l’on trouve des patinettes dans les rayons de tous les magasins pour enfant.

Pourtant, les années 2000 semblent avoir été l’occasion de voir éclore une culture de glisse égale à celle qui entoure le skateboard, toutes limites gardées, bien entendu. Là où le skate bénéficie d’origines rock’n’roll et de dizaines d’années dont la plupart vécue dans une frange considérée comme « cool », la trottinette doit d’abord se débarrasser de ses origines enfantines pour se faire respecter.

Toutefois, le nombre de trotiriders ne cesse d’augmenter à travers les skateparks du monde entier ce qui pourrait avoir comme conséquence directe la création d’une vraie sous-culture autour de la trottinette. D’ailleurs, cette évolution semble déjà entamée puisqu’il existe déjà des marques spécialisées dans la conception de modèles de compétition, de vêtements ou même des magazines dédiés. Les magasins spécialisés dans la glisse urbaine se sont même mis à la trottinette, comme le prouve le magasin ZooRider, qui a même mis en place son propre team pour les compétitions.

 

Do you speak trottinette ?

Le test est simple pour savoir si vous êtes calé en culture trot’ : si en magasin on vous propose un deck District ou Blunt et que vous n’avez pas la moindre idée de ce que le vendeur vous propose, c’est mal parti.

Il faut dire que, comme souvent dans les sports de glisse, il faut apprendre un minimum de lexique pour comprendre de quoi on parle. On trouvera ainsi de nombreux termes anglophones tant pour le nom des figures que pour le nom des pièces. Je vous ferais bien une liste mais honnêtement, Wikipedia le fait mieux que moi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Trottinette_freestyle. Sachez juste que le deck évoqué plus tôt correspond au plateau : c’est, à l’image du skateboard, la planche sur laquelle vous poserez le pied.

Et l’avantage d’un deck, c’est que les constructeurs proposent des modèles de plus en plus graphiques, avec des illustrations sous le plateau, visibles lors des figures aériennes (ou des chutes). Là encore, la filiation avec le skateboard est évidente et il ne serait vraiment pas étonnant de voir la culture trottinette prendre son essor en sortant de l’ombre des skateurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *